Interférence de la main occidentale dans le sac!

La main dans le sac!

Lorsque la presse chinoise a publié la photo de quatre dirigeants du mouvement de protestation de Hong Kong avec le chef du département politique du consulat américain, cela ressemblait à un trou d’air dans la rhétorique anti-Beijing. Difficile finalement, de nier l’intervention d’une puissance étrangère – à 15 000 km de ses frontières – dans une crise qui ne l’occupe pas. Essayer de masquer ce qui est évident est toujours un bon survol et nous connaissons la propagande occidentale habituelle de ces cascades! Depuis le début des récents événements survenus à Hong Kong en juin 2019, la narration de ces événements par les pharmacies du monde libre offre une concentration de mauvaise foi et d’investissement dans les signes qui fascineront sans aucun doute les politologues de l’avenir. En multipliant les distorsions linguistiques, en effet, il passe une affaire intérieure chinoise à travers un conflit international, une décolonisation pour la colonisation et une ingérence extérieure pour une entreprise humanitaire.

Comme à Taiwan, mais pour des raisons différentes, la question de Hong Kong est l’héritage d’une époque passée. Légalisée par le colonialiste bienfaiteur de Sa Majesté Misery, la particularité de Hong Kong lui vaut aujourd’hui un “régime d’administration spéciale” que la République populaire de Chine a bien voulu établir lors de la signature de l’Accord. Sino-Britannique en 1984. Si vous voulez ouvrir les portes, rappelez-vous que Hong Kong est la Chine, comme Beijing ou Shanghai. Parce que l’oubli volontaire de ces preuves est la cause de confusions de toutes sortes et d’une manipulation illimitée. La conquête coloniale du “port parfumé” au XIXe siècle s’est déroulée en trois étapes. Les Britanniques annexèrent l’île de Hong Kong en 1842 à la suite d’une “guerre de l’opium” qui précipita la ruine de l’empire Qing et livra la Chine à la voracité des prédateurs coloniaux. La péninsule de Kowloon a été démolie en 1860 lors de l’intervention militaire franco-britannique qui a dévasté le palais d’été de Beijing. Enfin, les “nouveaux territoires” ont été cédés à Londres en 1898 pour une période de 99 ans à la suite des nouvelles humiliations infligées à la Chine par des envahisseurs étrangers à l’aube du nouveau siècle.

Cette entité territoriale, maintenant connue sous le nom de région administrative spéciale de Hong Kong, a été restituée solennellement à la République populaire de Chine en 1997, conformément aux termes de l’accord de 1984. Bien entendu, Margaret Thatcher aurait: Je voulais le garder, mais Hong Kong n’est pas l’archipel des Malvinas et la Chine n’est pas l’Argentine. Engagement entre une puissance coloniale en déclin et une puissance émergente importante en faveur de la négociation, l’accord sino-britannique de 1984 instaure un régime semi-autonome à Hong Kong et prévoit la mise en œuvre du principe # 39 ; un pays, deux. Jusqu’en 2047. Pour Beijing, cet engagement présente un double avantage. Le premier est politique. Partisans de longue date, les dirigeants chinois ont opté pour une transition en douceur. La dépendance croissante à l’égard du territoire du continent favorisera son assimilation progressive, sans porter préjudice à son statut futur au-delà de 2047. Le deuxième avantage est économique. Grâce à sa situation géographique et à la puissance de la ville, la place de Hong Kong est devenue une plaque tournante de la finance asiatique. Avec le maintien d’un régime spécifique, Pékin peut l’utiliser pour attirer la diaspora chinoise et les investisseurs étrangers en Chine.

Porte d’entrée des flux financiers capturés par les réformes économiques, ce minuscule territoire de 1 106 km² et de 7,5 millions d’habitants jouit depuis 1997 d’un statut particulier sans équivalent (sauf Macao). en Chine populaire. Le territoire a sa propre législation, sa propre monnaie, ses propres équipes sportives. Mélangeant l’élection et la coopération des dirigeants, leur système administratif est plus “démocratique” que ce que les Britanniques ont imposé. Les manifestants exigent la démocratie sous les drapeaux britanniques, mais les premières élections au suffrage universel ont eu lieu en 1991, soit après les accords de 1984, afin d’adapter le système administratif aux objectifs fixés pour le transfert des drapeaux britanniques. Je m’attendais à la souveraineté en 1997. Si la crise actuelle dégénérait, les principaux perdants seraient les mêmes habitants de Hong Kong. Aidée dans les finances internationales, la prospérité du territoire serait ruinée rapidement et la place de Hong Kong renversée par les mégapoles du sud, Canton et Shenzen, beaucoup plus peuplée et plus puissante que la ville portuaire.

Avec un PIB par habitant dix fois supérieur à celui de la Chine continentale, les manifestants de Hong Kong pourraient réfléchir aux conséquences d’un éclat de leur île de prospérité. Au lieu de marquer les drapeaux américain et britannique, ils devraient également réfléchir à la signification de la démocratie importée de l’Ouest, sans parler du sort de ceux qui ont quitté Washington au cours de la nuit après s’être affrontés. La condition particulière de Hong Kong, à l’instar de sa richesse insolente, n’a rien d’éternel. Son régime spécial est temporaire, bien que le délai pour sa possible disparition soit lointain (2047). Aucune règle de droit international n’a obligé la Chine à l’adopter et l’a fait parce qu’elle considérait que cela était conforme à ses intérêts nationaux. Adopté il y a 187 ans par le colonisateur étranger, Hong Kong a été renvoyé à juste titre dans l’État chinois. La restitution a été faite de manière négociée et tout se passe bien. Mais après cette restitution, la poursuite des opérations n’affecte pas le reste du monde. C’est pourquoi la seule réponse rationnelle aux avertissements occidentaux est ce que nous pouvons lire dans la section Les gens quotidiens Depuis le début de la crise: “Mêlez-vous à votre entreprise!” “.

Mais poursuivez le naturel, il va au galop! La plupart des dirigeants occidentaux et leurs mégaphones – est plus fort qu’eux – prennent leur désir de la réalité. Ils considèrent le statut spécial de Hong Kong comme une sorte de régime international – qui n’existe nulle part ailleurs -, alors qu’il s’agit d’un accord interne relevant exclusivement de la souveraineté chinoise. Ce morceau de main donne une apparence de légitimité à une ingérence étrangère. Faux, il transforme une question interne en un conflit international, ce qui semble justifier une opinion manipulée par le ton impérieux des dirigeants occidentaux. Ensuite, entendons qu’avec l’expérience que nous connaissons du respect profond du droit international, nous donnons des leçons à Beijing comme si Hong Kong était un territoire occupé par la Chine! Ils répètent même la rhétorique enfantine des agitateurs de Hong Kong pour laquelle Pékin pratiquerait une “ingérence dans les affaires intérieures du territoire”, en oubliant que ce territoire fait partie de la République populaire de Chine. Heureusement pour eux, le ridicule ne tue pas. Vaincus économiquement par la Chine et incapables de le vaincre militairement, pour des raisons évidentes, les États-Unis sont en train de tout faire pour déstabiliser leur rival systémique. La gentillesse à droite de la semaine est la seule arme qui reste. Ils l’utilisent à Hong Kong comme à Caracas ou à Téhéran et personne ne se fatigue.

Quand les Chinois vont-ils protester contre la manière dont le gouvernement américain gère les crises récurrentes sur son territoire ou la vieille oppression subie par les Afro-Américains? Ceux qui dénoncent la répression insoutenable qui régnerait à Hong Kong sont les mêmes que ceux qui organisent des embargos meurtriers contre l’Iran, la Syrie, Cuba ou le Venezuela qu’un économiste libéral, Jeffrey Sachs, a estimé que les sanctions avaient été prises. Contre ce pays depuis 2017, cela a entraîné la mort de 40 000 personnes, dont des milliers d’enfants privés de drogue. Les cœurs des personnes en deuil de Paris appellent à notre solidarité avec les manifestants de Hong Kong soumis à une “violence incroyable”, ceux-là mêmes qui ont approuvé la délicatesse avec laquelle le gouvernement français a traité le mouvement social des coffres-forts jaunes, avec ses 10 000 arrestations. , 1800 condamnations et 200 blessés graves, dont 25 mutilés? Ou le même, encore une fois, comme ceux qui ne sont pas à blâmer pour la participation française à une guerre d’extermination au Yémen, avec 50 000 victimes, ses millions de victimes du choléra et 8 millions de civils menacés de faim? Mais il est vrai que balayer devant la porte n’est pas l’attitude la plus répandue à Washington ou à Paris. Et dans ces capitales du monde civilisé, ils se précipitent toujours pour s’immiscer dans les affaires d’autrui en invoquant les principes humanitaires sur lesquels ils se retrouvent chaque jour.